Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Le succès sans cesse croissant de l'AppleStore le prouve : de plus en plus d'utilisateurs se connectent avec leur smartphone en passant par une application, et non par leur navigateur internet. Ces nouveaux petits logiciels connectés au web sont-ils devenus de facto des outils de remplacement du navigateur ? S'agit-il d'une tendance de fond ou juste d'un épisode transitoire de l'histoire en marche de l'internet mobile ?
Et hop, voici mon feedback :
Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




Infos diverses
Lieu : Dans les studios de Webcastory
Webcast
notes
Intervenants (4)
AUDIENCE
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Format : Talkshow
Traitement : Débat d'idées
 
Intervenants :

Le succès sans cesse croissant de l'AppleStore le prouve : de plus en plus d'utilisateurs se connectent avec leur smartphone en passant par une application, et non par leur navigateur internet. Ces nouveaux petits logiciels connectés au web sont-ils devenus de facto des outils de remplacement du navigateur ? S'agit-il d'une tendance de fond ou juste d'un épisode transitoire de l'histoire en marche de l'internet mobile ?


Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de : trouve ce sujet : À approfondirces "objets" (navigateurs vs apps) sont-ils du même registre ? sont-ils au même niveau fonctionnel (leurs fonctions sont-elles en concurrence directe) ? sont-ils compatibles ? peut-on disposer simultanément des uns et des autres ? Commentaire de : Je ne suis pas sûre de bien comprendre la question, ou alors je n'ai jamais utilisé les applications concernées par la question. Par navigateurs, vous entendez des outils tels que Internet Explorer ou Mozilla, n'est-ce pas ? et par applications, vous englobez des utilitaires (à télécharger sur l'Appstore par exemple) tels que PagesJaunes ou ABikeNow (qui permet de connaître la disponibilité des velib aux stations à proximité de son téléphone), c'est bien ça ?A l'origine, les app's sont utilisées sur un smartphone type Iphone (et maintenant sur des tablettes Ipad -je voudrais bien rester à un niveau plus générique, mais je ne crois pas que l'Ipad ait une concurrence avérée ???) et plus rarement sur un ordinateur.Tandis que les navigateurs sont, sur ordinateur, les "points d'entrée" à Internet. C'est exact ?--> Existe-t-il des navigateurs (type Internet Explorer) sur smartphone ? sur Ipad ?Les "objets technologiques" tels que l'Ipad rendent plus floue encore la frontière entre smartphone et ordinateur portable. --> Est-ce l'émergence de ces "objets technologiques" qui suscite votre question ?Est-ce que la question se pose plus spécifiquement pour des média ayant développé simultanément un site et une application Iphone et une Ipad ?Ex : La tribune propose un site latribune.fr (contenant de multiples objets éditoriaux : articles, breves, webTV, podcasts, diaporamas, livres à télécharger, liens vers des blogs...) , mais La tribune propose également une application pour Iphone, et aussi une pour Ipad.Sans doute un certain nombre de visiteurs accèdent-ils à leurs contenus via l'application Iphone, et non plus seulement via un navigateur depuis un ordinateur... Les lecteurs sur apps ne sont-ils pas les mêmes que ceux qui lisent sur le site via le navigateur ? (les personnes qui assistent à une pièce de théatre ont sans doute lu l'oeuvre de l'auteur avant, consulté des critiques dans des revues, ou écouté des commentaires dans des émissions télé ou radio...) Commentaire de Jérôme MARTIN : Agnès,Oui, il existe des navigateurs sur les smartphones et sur Ipad/IPhone/BlackBerry. Le problème posé par ces navigateur est leur support du javascript, technologie utilisée le plus souvent pour enrichir l'expérience utilisateur. Normalement, une application web bien conçue devrait pouvoir tourner sur n'importe quel navigateur, ceux-ci étant supposés supporter le javascript "standard". L'ennui, c'est que ce principe n'est que théorique et que si on veut donner à l'utilisateur un contenu hautement interactif, on se heurte rapidement aux limitations du support de javascript par les différents navigateurs "mobiles" et à l'hétérogénéité de ce support. En outre, javascript ne permet pas de bénéficier pleinement des périphériques propres à chaque plateforme (accéléromètre, gestures...)C'est donc là que les Apps interviennent. Elles permettent de s'affranchir des limitations des navigateurs et d'offrir une expérience beaucoup plus riche et dans les standards d'accessibilité (gesture, pointage, périphériques...) de la plateforme à l'utilisateur. Par contre, l'inconvénient principal réside, selon moi, dans le modèle économique du AppStore. en effet, le contenu du AppStore est géré par le propriétaire de la plateforme (Apple ou Google) et les applications doivent remplir un certain nombre de critères pour être éligibles sur le AppStore. Cela génère donc une forte dépendance des éditeurs envers le propriétaire du AppStore.Un autre inconvénient est qu'une version spécifique de l'application doit être écrite pour chaque plateforme, les langages sont différents, les possibilités également. Cela augmente donc d'autant le coût de développement et de maintenance des applications pour l'éditeur.Sans compter la dimension politique et concurrentielle qui pourrait amener le propriétaire de la plateforme à disqualifier de facto une application lui déplaisant ou marchant sur ses plates bandes.Néanmoins, HTML5 devrait faire son apparition sur le marché rapidement et ses capacités de RIA (Rich Internet Application) devraient permettre de s'affranchir du javascript et de proposer un contenu similaire sur l'ensemble des navigateurs le supportant.Une autre solution serait la généralisation de Flash, SilverLight ou Air sur ces plateformes qui permettrait aussi de faire tourner des applications RIA identiques sur toutes les plateformes.L'ennui, c'est que ces deux solutions vont à l'encontre du business model de l'AppStore et il y a, selon moi, fort à parier que les propriétaire des plateformes traînent les pieds quant à leur prise en charge ou qu'ils ne la prennent en charge que partiellement. Principalement Apple qui a une réputation plus "business" que Google.Jérôme Commentaire de Jérôme MARTIN : trouve ce sujet : IntéressantSujet d'actualité. Important car les efforts de R&D démarrent bien avant la publication d'une application et il est important de clarifier ce sujet. Cela permettra de prévoir l'avenir proche (Web ou Apps) et le moyen terme (HTML5) Commentaire de : Oui les applications mobiles ont le potentiel pour supplanter les navigateurs mobiles.La raison est que l'application est optimisée pour le mobile de part sa conception (lorsque l'application est pensée mobile et non une simple redirection vers le site internet).Je prend mon cas je suis sur 2 plateforme Android et l'Ios d'Apple et j'utilise à 90% mes applications mobiles car aller sur le navigateur mobile pour faire une recherche,de la veille etc...me prend beaucoup plus de temps que d'aller sur mon appli. Cela multiplie les appli mais au moins je gagne du temps. Commentaire de : Concernant Apple je dirais que l'app store a encore une très longue avance sur Android, le téléchargement d'applications est plus simple,la recherche plus claire. Les entreprises contribuent d'ailleurs à l'essor de l'app store c'est incontestable,une raison est que l'app store est bien plus accueillante envers elles,une autre raison est que l'Android Market n'est pas assez clair. Commentaire de Jérôme MARTIN : Mais ne penses-tu pas que HTML5 pourrait renverser la vapeur et redonner la main aux applications web ? Commentaire de : Autre problème des webapps: offrir la même expérience utilisateur sur tous les terminaux mobiles. Commentaire de : @Jérome, oui le HTML5 pourrait renverser la vapeur mais pas maintenant,il n'est pas encore assez optimisé pour les navigateurs mobiles. La preuve youtube qui avait choisi le HTML5 à fait machine arrière pour retourner vers flash(raison du manque d'optimisation).Le HTML5 a tous pour plaire mais il reste encore du chemin à faire (pas fait exprès la rime). Le HTML5 n'est ni finalisé ni standardisé et c'est bien le problème. Commentaire de Pierre Le Leannec : Et c'est là un beau problème, compte tenu des tailles d'écrans, des specs des terminaux, des OS, etc, etc ...Alors que le web est nativement prévu pour universel et "scalable" (désolé, j'essaye en vain de trouver un équivalent en français :) Commentaire de Jean Leb : Je m'interrogeais sur la date de tournage de ce plateau. Cela évolue très vite. Il serait bien que les dates de tournage soient indiquées (ou ça m'a échappé). On parle par exemple de 65 000 applications Android. Il yen a plus de 250 000 aujourd'hui. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : bien vu Jean, en effet ce plateau avait tourné en septembre 2010 je l'avoue, nous l'avons livré un peu après parce que pour optimiser nos coûts de production, nous les mutualisons sur quelques journées, et diffusons ensuite les plateaux au fil de l'eau : les sujets les plus "chauds" et reliés à l'actualité sont néanmoins livrés très vite, dans les 48 heures.Nb : tu peux voir les dates des commentaires pour te situer, le premier commentaire te renseigne ainsi de façon plutôt fiable sur la date de publication ;-) Commentaire de Jean Leb : Oui, c'est vrai, la date des commentaires permettent de situer mais on a le sentiment aussi que ce sont des commentaires d'avant tournage et comme la vidéo vient d'être mise en ligne... d'où mon interrogation. Mais c'est juste un détail. Cette plate forme est géniale ! Commentaire de Frédéric BASCUNANA : ah mais, bien vu encore une fois !C'est justement un problème que nous allons très rapidement résoudre : bien différencier les commentaires d'avant-tournage et ceux de l'aval !Merci de ton input de valeur ! Commentaire de Gilles Gontier : Bonjour Frédéric,C'est exactement la question que je me suis posé après avoir visionné cette émission.Merci à toi et à Jean Leb de la poser et d'y répondre."Un événement non daté n'existe pas."