Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
Webcast
notes
Intervenants (7)
AUDIENCE
 
 
Et si je sponsorisais ce sujet ?
Format : Talkshow
Traitement : Analyse de tendance
 
Intervenants :

Sujets potentiellement connexes :
  • Et hop, voici mon feedback :
    Je signale mon opinion : je trouve ce sujet...




    Infos diverses
    Lieu : Dans les studios de Webcastory
    Commentaire de Gérard PELIKS : trouve ce webcast : Excellent !SUPER ! :-) Commentaire de Bruno Beaudoin : Très intéressant. J'ai, moi-même, une petite anecdote. J'ai travaillé, à une époque, dans une grande surface. Nous avions constaté la chose suivante: lorsqu'on vendait des couches pour bébé, on vendait, souvent, un 'six pack' de bière. Étange me direz-vous. Pas du tout. Après analyse, nous avons constaté que les couches étaient achetées par de jeunes couples qui, forcément, passaient les soirées à la maison ... avec le bébé. Du coup, nous avons placé la bière près des couches pour bébé. (;-) Commentaire de Frédéric BASCUNANA : excellent !Entre bières+ couches bébé et rhododendron en pot + litière, franchement les amis : on tient des paradigmes qui ne tarderont plus à s'imposer dans les business schools.La sérendipité en grandes surfaces ça n'est plus vraiment "trouver ce qu'on cherchait pas", c'est :"trouver ce qu'on savait pas qu'on devait acheter et dont on risquait d'oublier qu'on en avait besoin"(of course) Commentaire de Gérard PELIKS : Le vrai paradigme du Big Data (j'insiste sur le mot paradigme car comme l'a dit Fred au cours de l'enregistrement de cette table ronde, quand on n'emploie pas le mot "paradigme" et le mot "disruptif" en parlant du Big Data, ... ça manque ;-) ) c'est que, on peut se demander POURQUOI quand on achète de la litière pour chat, on achète aussi des rhododendrons en pot, et quand on a l'explication logique, alors et alors seulement, on met les deux articles l'un à côté de l'autre sur le rayon; (principe de causalité). Non on ne fait, fera, plus comme ça, avec le Big Data. On laisse parler la donnée et on agit en conséquence. On se focalise sur le QUOI (principe de corrélation). On ne perd pas du temps à comprendre, on met de suite les articles tout proches dans les rayons. On comprendra plus tard, mais est-ce alors indispensable de comprendre POURQUOI ?Et si les data et leurs corrélations disent que ceux qui achètent de l'herbe à chat achètent aussi des packs de 6 canettes de telle bière, POURQUOI cela ? Peu importe, on met l'herbe à chat et les canettes de telle bière à côté, on offre une réduction sur les canettes à ceux qui achètent de l'herbe à chats (ou qui achètent des chats ;-) ) et inversement et ... on vend. C'est quoi l'essentiel pour une grande surface ? Comprendre ou Vendre ?Voilà le nouveau paradigme du Big Data : On laisse parler la donnée et ses corrélations et on agit. On comprend éventuellement après, mais bof... Si vous pensez qu'intellectuellement il vaut mieux tout comprendre avant d'agir, vous n'avez pas encore saisi ce nouveau paradigme; allez je tente le mot : cette nouvelle technologie disruptive. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : Quelle meilleure manière de te répondre mon cher Gérard, qu'en me taisant pour laisser parler des CTO qui sont en pleine expérimentation concrète, regarde (plateau enregistré il y a 3 semaines) : Big Data : de l’expérimentation à la production ? http://techtoc.tv/event/7715/le-collaboratif-au-service-du-changement/data-intelligence/big-data--de-l--experimentation-a-la-productionC'est certes un peu plus technique, mai on y apprend des choses instructives qui approfondissent nos premières considérations introductives (c'est quand même le CTO qui va mettre en place tout ça !) Commentaire de Frédéric BASCUNANA : bonne source de réflexion (voir surtout le passage sur CRUSH) :http://io9.com/the-10-algorithms-that-dominate-our-world-1580110464 Commentaire de Corinne Dangas : Hum... Sans avoir encore visionné, je me permets néanmoins de souligner que Madame Michu pourrait [encore, et si elle a le tort de s'arrêter au premier regard] se sentir malgré tout toujours un peu perdue... ...à voir le générique (charmante photo au demeurant : de quoi constituer toute une équipe de hand... masculine) de cette "petite introduction amicale". Ah, c'est qu'on parle d'intelligence et de "Big" quelque chose ! Allez, je ne m'attarde pas plus. Foin de corrélations hasardeuses sur les dimensions sociales cachées que peuvent parfois prendre les considérations introductives et la technicité de l'expérimentation concrète ! Je me garderai surtout bien de chercher à comprendre ou expliquer POURQUOI... tout au plus noterai-je que le Big Data peut peut-être nous aider à changer de paradigme ? (ce qui n'est pas sans intérêt par les temps qui courent, surtout dans les salons où l'on cause.)Je ressors donc gentiment sur la pointe des pieds et m'en vais regarder sagement le sujet, après cette légère digression. (pardon, mais elle était tentante. ;) ) Commentaire de Corinne Dangas : trouve ce webcast : Excellent !Merci finalement aux intervenants. Intéressant plateau (avec un format qui permet de donner un bel aperçu) Intéressant, notamment - il me semble - pour Madame Michu, par le fait : - qu'il ne se limite justement pas au seul principe néo-paradigmatique "corrélation VS causalité", qui, pour être clé, n'est pas, en soi, spécifique à ce mouvement. (j'ai eu géré des données et statistiques dans le public : pour les états, territoires, les données politiques, socio-économiques - et du strict point de vue méthodologique - ce qu'on (re)découvre ainsi ces temps-ci n'est pas "une innovation"...)- qu'il expose, et le relie, aux autres enjeux émergents, qui lui donnent une autre portée, portent un changement d'échelle plus systématique, et des effets potentiellement structurants sur les chaînes de valeur : diversification et démultiplication d'origine et nature des données (structurées ET non structurées, collectées ou non à cette fin) ; techniques de collecte, technologies de traitement et d'analyse ; objectifs et secteurs d'application. NB @Fred, la vidéo "Big Data : de l’expérimentation à la production ?" dont tu donnes le lien plus haut me paraît inaccessible (fichier .mp4 not found à la lecture) Commentaire de Dominique Rabeuf : En vrac déstructuré avec licence syntaxique et grammaticale voire pire (lexicale).Paradigme ? Je hais les paradigmes, cela pue l'idéalisme bas de gamme avec ses modèles à la con.Désolé, mes options philosophiques sont réalistes.Quand on ne sait pas résoudre un problème concret (mesurable) on invente un modèle, c'est de l'empirisme, attitude adoptée à défaut de maîtrise.Pas de contrôle de pertinence du modèle ? Pour du marketing , on s'en fout.En épidémiologie non !C'est la meilleure façon de diffuser un vaccin inutile ou néfaste.Avec cela on a inventé: Lissenko, le GIEC, la durée de vie des centrales, la nouvelle astrologie .Se moquer du pourquoi des corrélations c'est oublier l'affaire du sang contaminé (Pasteur était un faussaire, d'où atavisme culturel)...Traiter efficacement des volumes énormes de données déstructurées ?Très intéressant, mais avec quoi ? Et par qui ?Chez Google, on sait faire, avec des dizaines de milliers de serveurs et des programmeurs payés $300 000 par mois.PS1Pour de la litière qui reste dans la caisse à crottes je suis preneur d'une information pertinente.PS2Chez Lidl, j'ai vu des perceuses entre les fruits et légumes et le rayon fromage.Ils sont vraiment forts les boches. Faites passer à MonteBourde et à la Balance Commerciale, il m'a bloqué sur Twitter. Commentaire de Dominique Rabeuf : (1) Concernant les chats.Deux chats mâles castrés: un sibérien (~7/8 kg) et un korat (~3 kg).(2) Jouer avec du BigData et des données déstructurées ?Voir eXist Data et MarkLogic. Et pour la documentation générale XQuery (W3C) (BD XML)J'ai les deux sur un serveur loué chez OVHGratos pour eXist - Pour MarkLogic licence commerciale, compter beaucoup plus cher qu'une licence Oracle de course commerciale. (300K€ ) Commentaire de pierre bob : trouve ce webcast : IntéressantTrès vrai Commentaire de Philippe Leclerc : j'ai aimé, merci